Que d’émotion, que d’émotions…

Depuis la vulgarisation des travaux du docteur Eckman dans les séries « mentaliste » et « lie to me », tout un chacun s’accordait sur l’existence de 6 émotions de base – bonheur, tristesse, surprise, colère, peur et dégoût – dont la combinaison produisait toutes les autres…

C’était mal connaître la richesse des expressions humaines ! De récentes analyses organisées aux US par un groupe de psychologues a mis en lumière la nécessité d’un enrichissement d’émotions pour mieux saisir les subtilités des interactions chez l’homme.

Ainsi, en filmant des volontaires dans différentes situations les 6 émotions qualifiées de basiques, se voient augmentées de 21 autres pour un total de 27 : la tranquillité, l’horreur, l’amusement, l’adoration, l’intérêt, la nostalgie, le triomphe, l’appréciation esthétique, l’anxiété, la joie, la tristesse, la peur, le dégoût, l’impatience, la maladresse, l’ennui, le calme, la confusion, l’envie, la douleur empathique, le ravissement, la jalousie, l’excitation, la romance, la satisfaction, le désir sexuel et la sympathie.

Cet enrichissement officiel et nécessaire est le bienvenu, notamment pour les élèves en formation de mentalisme qui par la pratique ont vite vu qu’il existait beaucoup plus que 6/7 émotions de base.
En Technicien par exemple, pour le premier niveau de travail sur les états Hypersensoriels, en hyper-observation, en particulier pour détecter le mensonge…

Mais aussi à chaque expérience énergétique ou encore pour les perceptions extra-sensorielles. En Praticien et Maître-Praticien surtout, où il faut bénéficier d’un vocabulaire précis pour décrire ce qui semble indescriptible, au delà des mots. (comme en PAD, en télépathie ou en projection mentale/influence)

Cette nouvelle liste d’émotions référencées va donc vous permettre d’affiner votre compréhension des phénomènes étudiés en formation de mentalisme : PES, PHS, les différents états cérébraux. Et surtout de gagner en rapidité et en précision dans de nombreuses techniques.

Source : Santémagazine, septembre 2017